À Thyde Monnier












Thyde Monnier écrivait tous les matins dans son lit jusqu'à midi.

Photo André Girau pour Plon

Ecrivain oubliée, Thyde Monnier a pourtant connu la célébrité et même la gloire de son vivant. Elle est l'auteur de nombreux ouvrages, dont une suite qui a fait l'objet d'une série télévisée, sous le titre de Nans le Berger, au début des années 1970, et qui a connu un grand succés populaire. Cette série a été rééditée en DVD. Par ailleurs, ses mémoires publiées en quatre tomes sous le titre de "MOI", où elle se révèle dans une vérité si crue, qu'elle scandalisa les esprits bien pensants de l'époque, ne sont pas dépourvues de la force d'oser.

Thyde Monnier y apparaît comme une femme moderne, dont toute la volonté a tendu vers un seul but, conquérir sa liberté à tout prix, voire presque, à n'importe quel prix, en s'affranchissant de sa condition native de bourgeoise conformiste et d'épouse soumise. Elle y parviendra tardivement ; et c'est alors seulement que son talent pourra enfin s'épanouir.

Parfois comparée à Colette, dont elle refusa d'occuper la place vacante à l'Académie Goncourt, car elle ne s'en jugeait pas digne,Thyde Monnier a écrit une oeuvre toute entière vouée à la célébration de la nature et de l'amour, à travers des personnages qu'elle a su animer du souffle et des tourments de ses propres passions.

Si elle est à ce point injustement oubliée, peut-être est-ce pour n'avoir affiché aucune sorte d' intellectualité à une époque où il était de bon ton d'en affecter au moins les apparences. Si bien que ses détracteurs l'ont vouée à la condition mineure d'écrivain féministe du terroir provençal, sans comprendre qu'elle la revendiquait, avec modestie, mais non sans fierté.

Alors que Thyde Monnier est née il y a plus de cent vingt ans et qu'elle a disparu il y a plus de quarante ans , il serait juste que sa mémoire soit réhabilitée et son oeuvre redécouverte.




" Ce jeudi 23 juin 1887, jour du solstice d'été à 5 heures du matin,
avec le premier rayon, je naissais. Personne ne s'aperçut que j'étais pétrie
de ce gros soleil. Moi seule, plus tard, en me sentant toute brûlée de lui."

Thyde Monnier.



Nombre de visites :






Site créé par Colette COMBA - Tous droits réservés.
Je dédie ce site à mon ami Jean-Pierre SACRIPANTI sans qui "A Thyde Monnier" n'aurait jamais vu le jour.

Le Gapeau

Ahalia
Littérature
Cliquez ici